Accueil > Espèces >> En Europe >>> Les Vespertilionidés : les murins

Les Vespertilionidés : les murins

Des très importantes variations de taille et d'aspect apparaissent au sein de la plus grande famille de chauves-souris d'Europe. C'est la longueur de l'avant-bras et la forme des oreilles et surtout du tragus (petit pavillon interne à l'oreille) qui permet le plus souvent de séparer les espèces. Plusieurs sont dites jumelles, tant leur morphologie est proche et leur identification reste difficile, même pour les spécialistes.

Murin à oreilles échancrées en léthargie
Murin à oreilles échancrées

Le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)

Habituellement, en hiver, il pend des voûtes comme une petite saucisse rouquine et parfois il se regroupe en petits essaims.

L'échancrure caractéristique de l'oreille, qui lui a valu son nom français, n'est pas le critère le plus apparent car il faut se tenir, à quelques centimètres, dans le bon angle, pour qu'apparaisse nettement l'échancrure externe du pavillon de l'oreille. Sa taille représente en gros deux doigts d'une main d'adulte. Son pelage est laineux. Sur le dos il est brun roux, cette coloration est nette et aide à le différencier des autres espèces aux teintes grises ou marron. Son comportement d'accrochage peut aussi aider à son identification. Vu de face, la position de ses avant-bras, légèrement oblique par rapport au corps, lui donne la forme géométrique d'un petit cercueil. Avec près de 3000 individus comptabilisés en hibernation, c'est une des espèces cavernicoles les plus abondantes du département du Cher.

Petits murins
Petits murins

Le Grand murin (Myotis myotis)
Le Petit murin (Myotis blythii)
Le Murin du Maghreb (Myotis punicus)

Trois très grandes chauves-souris, aux grandes oreilles et au ventre d’un blanc pur.
Massif et imposant sont deux qualificatifs qui viennent à l'esprit quand on évoque ces trois grandes chauves-souris qui se ressemblent tant. A l'œil nu rien ne différencie ces espèces jumelles, sinon une petite tâche blanchâtre que seuls 90% des Petits murins possèdent entre le front et le haut du crâne. Ailes déployées, l'envergure des trois espèces avoisine celle d'un étourneau. Ce sont les seules chauves-souris de cette taille qui possèdent un pelage aussi contrasté, blanc sur le ventre et marron clair sur le dos. Le museau est massif, les oreilles sont très grandes et sont nettement visibles même en vol. Le Grand et le Petit murin sont grégaires, en été comme en hiver, et un même essaim peut regrouper les deux espèces. Tous les deux hibernent essentiellement dans des sites souterrains où ils s'installent de novembre à avril, souvent en groupes compacts de plusieurs dizaines d'individus. Ils pénètrent dans les larges crevasses et les trous des parois, ou se suspendent aux voûtes. Les aires de répartition du Grand et du Petit murin se chevauchent sur une grande partie de l'Europe, le Grand murin étant plus nordique que son cousin le Petit murin. En Europe, le Murin du Maghreb n'est connu qu'en Corse.

Le Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)

C'est une petite espèce de forme ovoïde, de la taille d'un pouce, hôte privilégié des ponts.

Ses oreilles courtes émergent d'un pelage épais qui encadre toute la tête et descend jusqu'au niveau des yeux. Le museau brun-rose ne ressort que peu de l'amas de poils, et donne à cette chauve-souris l'apparence d'un hérisson miniature. Lié aux zones humides, le Murin de Daubenton est régulièrement découvert dans les ponts, au niveau des drains, des corniches ou d'autres disjointements des ouvrages. Quand il chasse au-dessus de l'eau, son vol est caractéristique : il rase l'élément liquide à quelques centimètres de hauteur et décrit de larges cercles, passant sous les branchages qui bordent les rives puis regagnant le centre de la rivière ou de l'étang.

Murin de Daubenton
Murin de Daubenton

Murin de Bechstein
Murin de Bechstein

Le Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii) 

Les très grandes oreilles de cette chauve-souris de taille moyenne dépassent largement du museau, même en léthargie.

Le Murin de Bechstein est arboricole mais par forcément forestier, il fréquente aussi les zones de bocage ou le milieu urbain quand il y trouve de vieux arbres creux. Le Murin de Bechstein est donné comme rare sur la majeure partie de son aire de répartition mais ce constat semble plus lié à la difficulté de le découvrir en estivage comme en hibernation.

Le Murin de Natterer (Myotis nattereri)
Le Murin d’Escalera (Myotis escalerai)

En été, comme en hiver, le Murin de Natterer est une espèce de fentes et de disjointements.
C'est une chauve-souris de taille moyenne. Son pelage est contrasté, d'un blanc immaculé presque lumineux sur le ventre et d'un gris brun plus terne sur le dos. Les oreilles sont typiques, grandes et translucides. Elles laissent voir par transparence qu'elles sont parcourues par de fins vaisseaux capillaires. Le critère le plus caractéristique pour les oreilles vient du léger, mais net relèvement de leur pointe, en forme de spatule de ski. Le tragus est long et effilé. Le museau du Natterer est pointu, toujours glabre, d'une couleur rose sombre à lie de vin, comme couperosé. On le découvre en prospectant méthodiquement les fissures des cavités, des ponts ou des arbres ou les interstices entre les poutres. C'est presque toujours "un bout" de l'animal qui apparaîtra à quelques centimètres du faisceau de la lampe. Le Murin d’Escalera, décrit en 2008 en France, n’a été identifié pour l’instant que dans le massif pyrénéen.

Murin de Natterer
Murin de Natterer

Murins à moustaches
Murins à moustaches

Le Murin à moustaches (Myotis mystacinus)
Le Murin de Brandt (Myotis brandtii)
Le Murin d'Alcathoe (Myotis alcathoe)

La détermination de ces trois espèces reste l’un des principaux casse-tête des chiroptérologues.
Les deux premières espèces ont tellement de points communs qu'elles n'ont été séparées qu'en 1958. Puis le Murin d'Alcathoe a été décrit en 2001. Ces chauves-souris miniatures, de la taille d'un petit pouce, ont un pelage dorsal brun sombre et un museau noir. Les oreilles courtes et assez pointues dépassent légèrement de la tête. Le tragus est caractéristique, effilé comme une dague. Les pieds sont proportionnellement très petits comparés aux autres murins. Beaucoup de spécialistes continuent à classer le trinôme Brandt-moustaches-Alcathoe dans une rubrique "Murins à museau sompbre". Attention, les confusions avec les pipistrelles, qui sont de même taille, sont fréquentes pour les non-spécialistes !
Les espèces

Murin de Capaccini
Murin de Capaccini

Le Murin de Capaccini (Myotis capaccinii) 

Petite chauve-souris typiquement méditerranéenne aux très grands pieds.

Son pelage apparaît comme givré. C’est une espèce pêcheuse et liée aux cavités souterraines été comme hiver. Elle se mélange volontiers à d’autres espèces, comme le Minioptère au milieu des mêmes essaims. Ses territoires de chasse sont liés aux zones humides

Le Murin des marais (Myotis dasycneme)

Présent en France sur le seul département du Nord, les biologistes n’en comptent chaque année qu’une poignée en hibernation.

Comme le Murin de Capaccini et le Murin de Daubenton, c’est une espèce pêcheuse aux très grands pieds mais le Murin des marais est de bien plus grande taille que ses deux autres cousins. Il chasse au-dessus des larges canaux du nord de l’Europe et montre un caractère migrateur saisonnier sur quelques centaines de kilomètres.

Murin des marais
Murin des marais

Mentions légales|Crédits|Plan du site

Copyright © 2009 Muséum d'histoire naturelle de Bourges